Viager et plus-values

À jour en Mai 2018

Écrit par les experts Ooreka

Les plus-values pour les ventes en viager répondent aux mêmes règles que les ventes immobilières classiques.

Lorsque vous vendez un bien immobilier, que ce soit une vente en viager ou une vente classique, vous pouvez être redevable d'une taxe sur les plus-values.

 

 

Plus-values : conditions d'imposition

Définition plus-values

Les plus-values représentent la différence entre le prix de vente d'un bien immobilier, et son prix d'achat, majoré des frais liés à l'acquisition et aux travaux réalisés.

Les plus-values réalisées lors d'un viager immobilier ou d'une revente de viager peuvent donc être très importantes. Toutes les cessations immobilières à titre onéreux sont imposées, mais leur imposition fait l'objet de nombreuses exonérations.

Exonération des plus-values

Lorsqu'une personne vend un bien immobilier, elle peut être exonérée des plus-values dans plusieurs cas :

  • vente de sa résidence principale :
  • première vente d'un logement autre que sa résidence principale ;
  • vente d'un droit de surélévation ;
  • vente d'un bien avec un prix de vente de moins de 15 000 € ;
  • vente d'un bien détenu depuis au moins 30 ans ;
  • bien échangé dans le cadre de certaines opérations de remembrement ;
  • vente au profit d'un organisme en charge du logement social ;
  • vente au profit d'un opérateur privé qui s'engage à réaliser ou achever des logements sociaux ;
  • bien exproprié.

Bon à savoir : la loi de finances pour 2017 a prolongé l'exonération pour logement social jusqu'au 31 décembre 2018.

Une exonération est également possible en fonction de la situation de la personne :

  • personne titulaire d'une pension de vieillesse ;
  • personne titulaire d'une carte mobilité inclusion (CMI) avec la mention « invalidité » (ou de l'ancienne carte d'invalidité en cours de validité) ;
  • personne résidant dans un établissement social ou médico-social d'accueil de personnes âgées ou d'adultes handicapés ;
  • personne non résidente en France.

À noter : la plupart des exonérations sont accordées sous conditions définies dans le code général des impôts.

Plus-values : calcul de la taxe

Pour le calcul de la taxe sur les plus-values, on prend en compte plusieurs éléments :

  • plus-value brute : qui correspond à la différence entre le prix de vente et le prix d'achat majoré des frais d'acquisition et de travaux ;
  • plus-value imposable : qui prend en compte un abattement.

Abattement pour les ventes effectuées depuis le 1er septembre 2014 :

Nombre d'années de détention Pourcentage de l'abattement par année de détention
Pour l'impôt sur le revenu Pour les prélèvements sociaux
Moins de 6 ans 0 % 0 %
6 ans 6 % 1,65 %
7 ans 12 % 3,30 %
8 ans 18 % 4,95 %
9 ans 24 % 6,60 %
10 ans 30 % 8,25 %
11 ans 36 % 9,90 %
12 ans 42 % 11,55 %
13 ans 48 % 13,20 %
14 ans 54 % 14,85 %
15 ans 60 % 16,50 %
16 ans 66 % 18,15 %
17 ans 72 % 19,80 %
18 ans 78 % 21,45 %
19 ans 84 % 23,10 %
20 ans 90 % 24,75 %
21 ans 96 % 26,40 %
22 ans 100 % 28 %
23 ans 100 % 37 %
24 ans 100 % 46 %
25 ans 100 % 55 %
26 ans 100 % 64 %
27 ans 100 % 73 %
28 ans 100 % 82 %
29 ans 100 % 91 %
30 ans 100 % 100 %

La taxe sur les plus-values correspond ainsi à 36,2 % de la plus-value imposable, tous prélèvements sociaux inclus (19 % de taxe sur les plus-values immobilières + 4,5 % de prélèvement social + 0,3 % de contribution additionnelle + 9,9 % de CSG + 0,5 % de CRDS + 2 % de prélèvement solidarité).

Abattement exceptionnel

Afin de favoriser la construction de logements dans les zones tendues où la demande est forte, la loi de finances rectificative pour 2017 a créé un abattement exceptionnel qui minore le montant de la plus-value imposable à l'occasion de la vente :

  • d'un terrain bâti ou non bâti en vue d'un projet de démolition/construction situé dans une zone tendue (zones A et A bis définies par l'arrêté du 29 décembre 2017) ;
  • réalisée entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2020.

La vente définitive doit être signée au plus tard le 31 décembre de la deuxième année suivant celle de la signature de l'avant-contrat (compromis de vente ou promesse de vente).

L'abattement appliqué sur le montant de la plus-value avant calcul de l'impôt dû est de :

  • 70 % pour l'abattement de droit commun ;
  • 85 % si l'acquéreur du terrain s'engage à construire au moins 50 % de logements sociaux ou intermédiaires. 

Cet abattement s'applique après imputation des abattements pour durée de détention. Il permet ainsi de diminuer davantage le montant de l'impôt dû en raison de la plus-value réalisée lors de la vente du terrain.

Cet abattement s'applique sur :

  • l'impôt sur le revenu ;
  • les prélèvements sociaux.

Pour les opérations de démolition/construction, l'acte de vente devra alors comprendre une mention obligatoire dans laquelle l'acquéreur s'engage à démolir les constructions existantes en vue de réaliser et d'achever des logements dont la surface de plancher est au moins égale à 90 % de celle autorisée par le coefficient d'occupation des sols applicable, dans un délai de 4 ans à compter de la date de l'acquisition.

Plus-values : paiement

La déclaration et le paiement de la taxe sur les plus-values s'effectuent au moment de la signature du contrat de vente chez le notaire.

Le notaire paye la taxe pour le compte du vendeur. Le calcul du bouquet et des rentes viagères versées au vendeur s'effectue déduction faite de la taxe sur les plus-values.

Si le vendeur n'est pas imposable au titre des plus-values, l'acte de vente doit préciser la nature et les motifs de cette exonération.


Pour aller plus loin



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !